Des maladies infectieuses frappent à nouveau la population française faiblement vaccinée

Depuis le 1er janvier 2018, les bébés doivent se faire administrer un vaccin hexavalent. L'agence chargée de piloter le système de santé dans la région Centre-Val de Loire a déjà constaté les conséquences de cette mesure. Néanmoins, l'Agence régionale de santé (ARS) estime que le taux de vaccination des Français est encore faible, à un point tel que certaines maladies infectieuses comme la rougeole refont surface.

Comment expliquer ce phénomène, sachant que l'instigateur de la vaccination a lui-même vécu en France ? Une infectiologue qui exerce à Chartres note que les discussions autour des campagnes de vaccination ne sont pas prêtes de s'achever.


Se refaire vacciner pour mieux se protéger

Juliana Daresteanu, l'infectiologue, énonce que la plupart des Français ne savent pas qu'un rappel doit être effectué à l'âge adulte. D'autres, ne sont tout simplement pas d'accord à l'idée de se faire vacciner.

Pour ceux qui s'y intéressent, consulter en premier lieu le carnet de santé constitue un préalable, afin qu'ils puissent faire individuellement le point sur leur situation estime Juliana Daresteanu.

Les informations qui y sont renseignées confirment par exemple que les doses nécessaires à la protection de l'organisme ont été intégralement injectées. Il est en effet possible que certains n'aient pas reçu une dose complète.

Elle ajoute que les personnes qui ont égaré leur dossier peuvent se renseigner auprès des cabinets médicaux concernés, qui assurent la traçabilité de leurs activités. Au cas où aucune information n'a été trouvée au sujet des vaccins administrés, la professionnelle de santé propose de se refaire vacciner.

3 millions de personnes dans le monde évitent la mort grâce aux vaccins

Mal renseignés sur la vaccination, nombre de Français se pensent protégés, argue Juliana Daresteanu. Les mutuelles et les organismes d'assurance santé vont-elles jouer un rôle de prévention pour y remédier ? En tout cas, dans le département d'Eure-et-Loir, les personnes qui veulent voyager dans certains pays asiatiques et africains n'ont accès qu'à un seul centre. Il s'agit notamment du centre hospitalier Louis-Pasteur, dans lequel les vaccins contre la méningite et la typhoïde sont disponibles.

Pour toutes ces raisons, pour la première fois depuis longtemps, des cas de rougeole ont été détectés en France.

Afin d'éviter une éventuelle pandémie, l'infectiologue recommande un niveau de vaccination équivalent à 95 %.

D'ailleurs, 2 à 3 millions d'individus à travers le monde parviennent, chaque année, à combattre la mort, grâce aux vaccins, selon l'OMS.