Le secteur santé avance à petits pas vers l’automatisation numérique
un service de meilleurtaux.com

Le secteur santé avance à petits pas vers l’automatisation numérique

En France, la marche vers l’automatisation numérique des services de santé est enclenchée depuis un certain temps. Et parmi plus d’une vingtaine de sujets faisant l’objet de ce changement, seuls deux ont été concrétisés jusqu’ici si le troisième, la carte vitale dématérialisée, en phase d’expérimentation, devrait voir le jour d’ici trois ans.

Le secteur santé avance à petits pas vers l’automatisation numérique

Avec un an de retard sur son calendrier initial, l'apCV ou carte vitale dématérialisée a été testée pour la toute première fois le 25 avril dernier. Ainsi, le troisième d'une longue liste commence enfin à se concrétiser après la mise en place du DMP (Dossier médical partagé) et la télémédecine pour laisser en phase d'attente les 24 autres projets listée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

En attendant, l'apCV sera disponible sur les Smartphones et passera en mode test pour une durée de un an et ne sera disponible qu'auprès des départements du Rhône et des Alpes-Maritimes avant sa globalisation en 2021 si les résultats s'avèrent concluants.


Le troisième d'une longue liste

La transformation numérique des services de santé figure parmi les objectifs que le ministère de la Santé s'est fixé. C'est du moins ce qu'a promis Agnès Buzyn en mettant dans son collimateur 26 projets. Ceux qui permettront par la même occasion à la caisse d'assurance maladie d'atteindre son but qui est de modifier la gestion de ses procédés d'ici 2021.

Ainsi, les travaux ont déjà commencé à travers la mise en place de la télémédecine et du dossier médical partagé (DMP) qui sont d'ailleurs opérationnels sur l'ensemble du territoire. Et à partir de cet été, ce serait au tour de la carte vitale dématérialisée qui a accusé une année de retard sur son lancement. Et puisque c'est le troisième d'une longue liste, d'autres suivront bientôt comme pour le cas de :

  • L'ordonnance électronique qui devrait voir le jour d'ici la fin de l'année 2019, pour être totalement dématérialisées début 2020 ; 
  • Les actes infirmiers en 2021 
  • Les analyses biologiques pour 2021 ; 
  • Les soins de kinésithérapie en 2022.

L'apCV en phase expérimentale

Comme susmentionnée, la carte vitale dématérialisée est le troisième projet sur le point d'être concrétisé sur les 26 promis par la ministre de la Santé.

Concrètement, il s'agit d'une application baptisée apCV et élaborée en collaboration avec le GIE Sesam-Vitale. Celle qui devrait remplacer la « carte vitale » d'ici quelques années et qui devrait permettre aux concernés de s'identifier facilement auprès du système. Par ailleurs, ce concept dématérialisé évitera les mises à jour jusqu'ici requises et simplifiera toutes les démarches en ligne.

En attendant, elle doit passer par une phase test de un an à partir de cet été pour être ensuite généralisée dès les premiers mois de 2021 auprès de 59 millions d'utilisateurs. À noter qu'elle sera fortement sécurisée et que son prédécesseur demeurera opérationnel jusqu'à son obsolescence totale.

Aussi, il faut préciser que durant cette période d'essai, l'apCV ne sera disponible qu'auprès des utilisateurs du département des Alpes-Maritimes et de celui du Rhône.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (686 avis clients sur Avis-Vérifiés)