Les voitures-radar apparaîtront dans plusieurs régions

Depuis avril 2018, les voitures-radar sillonnent les routes de la Normandie afin de repérer les excès de vitesse. La Sécurité routière les a réparties sur plusieurs kilomètres selon certains points, entre autres, le taux d'accidents locaux.

Malgré les résultats peu probants obtenus par ces véhicules, les autorités compétentes ont décidé de les utiliser en Bretagne, en Pays de la Loire et en Centre-Val de Loire.

Afin de couvrir ces différentes régions, 60 voitures-radar banalisées y circuleront à partir de janvier 2020. La Bretagne en accueillera 19 contre 20 en Pays de la Loire. Quant au Centre-Val de Loire, la région comptera bientôt 21 véhicules banalisés.


L'utilisation de ces voitures doit être bien définie

La Sécurité routière devra choisir les lieux et les horaires où les voitures-radar entreront en action. Elles seront ensuite confiées à des entreprises qui engageront des conducteurs. Ces derniers ne sauront pas que le véhicule flashe, car cette fonction est autonome.

Les sociétés en charge de ces véhicules doivent savoir qu'elles ne seront pas payées selon le nombre d'infractions comptabilisées. De plus, elles ne pourront pas visionner les clichés pris ou connaître le nombre d'infractions verbalisées.

Toutes ces données seront cryptées et transmises à la police judiciaire. Il reviendra à des policiers et à des gendarmes de vérifier et de valider chaque infraction repérée par les voitures-radar et les radars fixes.

À noter qu'au-dessus de la barre des 10 km/h en plus de la vitesse autorisée (ou 10 % en fonction des cas), il n'y aura aucune tolérance.

Ces véhicules se présentent comme une solution adéquate

L'utilisation des voitures-radar changera de nombreux points, notamment en ce qui concerne les verbalisations des incidents ou les assurances voiture.

Depuis son lancement l'an dernier, cette mesure vise à vérifier l'efficacité du système de lecture automatisé des panneaux de limitation de vitesse. Elle s'assure en outre que la cartographie du réseau est valable.


Le recours aux voitures-radar permettra également de verbaliser efficacement les conducteurs ne respectant pas les vitesses imposées. Grâce à toutes ces mesures, ces véhicules ont repéré près de 6 800 contrevenants en un mois en Normandie. Ce qui a encouragé les autorités compétentes à les étendre à d'autres régions françaises.

Selon les autorités, malgré certaines difficultés techniques, le système prend place progressivement.

Les automobilistes dans les différentes régions concernées devront donc se montrer plus prudents sur les routes pour éviter les verbalisations.