La réforme du permis de conduire mécontente les auto-écoles

Des réformes en faveur des futurs jeunes conducteurs

L'objectif du gouvernement est de faciliter l'accès au permis en simplifiant l'apprentissage et en réduisant le coût de son obtention.

Ces mesures permettront aussi aux jeunes conducteurs qui s'engageront dans le Service national universel (SNU) de préparer le code et de passer l'examen gratuitement.

Parmi les moyens qui seront mis en place figurent entre autres :

  • l'utilisation de simulateurs de conduite en libre-service ou l'apprentissage sur boîte automatique.
  • la création d'un programme de formation moins étalé dans le temps.

Les futurs automobilistes pourront par ailleurs s'inscrire directement en ligne à l'examen pratique.

Il est utile de préciser ici que les nouveaux titulaires du carton rose devront obligatoirement souscrire une assurance auto jeune conducteur.


Un risque de baisse de la qualité de la formation

Pour les professionnels de l'éducation routière, ces dispositions pourraient avoir des conséquences néfastes sur la qualité de la formation ainsi que sur le maillage territorial des écoles de conduite.

Selon Stéphane Cretin, le directeur de l'auto-école Notre Dame de Dijon,

si certaines mesures sont intéressantes, d'autres sont tout simplement irréalisables.

Il considère ainsi que

le simulateur de conduite, sur lequel l'élève peut désormais passer 10 heures, contre 5 heures auparavant, n'est un efficace que si l'usage se fait sous la supervision d'un formateur.

Il relève aussi un autre problème, à savoir

la possibilité offerte aux candidats de s'inscrire directement en ligne aux séances d'examen.

Selon lui,

une telle mesure risque de rendre plus difficiles la gestion et l'attribution des dates et des lieux de passage.

Quant à l'apprentissage sur boîte automatique, l'intention est louable, mais

plus tard, l'élève pourrait être amené à conduire un véhicule à boîte manuelle et sera obligé de suivre une formation supplémentaire.

Pourquoi le permis coute-t-il si cher actuellement ?

D'après toujours ce professionnel,

le coût élevé du permis s'explique par les nombreuses charges auxquelles les auto-écoles doivent faire face : salaires, frais de maintenance et de fonctionnement des véhicules, assurances, frais d'obtention de la certification et du label qualité...

Une fois les dépenses obligatoires déduites, les bénéfices sont moindres.