Un partenariat gagnant-gagnant pour toutes les parties

Avec la hausse des demandes, les professionnels sont nombreux à proposer des offres variées pour assurer les animaux de compagnie. Pourtant, malgré un fort potentiel de croissance, la percée reste encore timide en matière d'innovation dans le domaine de l'assurance des chiens et chats.

La mise en place de réseaux entre les assureurs et les vétérinaires permettrait à ces derniers d'avoir accès à une clientèle plus large et d'améliorer par la même occasion la qualité des soins apportés. De plus, cela réduirait les risques d'impayés et offrirait aux assurés la possibilité de bénéficier de facilités de paiement.


En revanche, l'existence d'un tel réseau aurait des impacts sur les tarifs et sur la charge administrative qui s'alourdirait avec les importants flux à gérer.

Pour sa part, Loïc Serrurier, vétérinaire à Paris, estime que

« Même si la proposition est pertinente, il est essentiel de prendre en compte la rentabilité, compte tenu du coût élevé de la main-d'œuvre et des marges très faibles ».

Pour les compagnies d'assurance, ce partenariat serait l'occasion :

  • de mieux maîtriser les coûts ; 
  • de gagner de nouveaux assurés ; 
  • de garantir la qualité des services.

Le plus grand défi concernerait la création de ce réseau de soins et sa promotion. Dans le monde, particulièrement en Angleterre, plus d'un tiers des animaux sont protégés par une assurance santé, contre 6 % en France, alors que les réseaux sont peu nombreux.

Les cliniques vétérinaires se mobilisent pour coopérer et promouvoir une meilleure prestation, à un prix plus attractif.

Un avenir sous les meilleurs auspices

Le marché étant en plein boom, l'assurance santé animale est appelée à connaître une forte croissance. Même si les taux de sinistres actuels sont encore faibles, la création de réseaux est une manière de mieux appréhender cette évolution.

Pour cela, il convient de détecter les facteurs de sinistralité (type de pathologie, fréquence…) et les zones géographiques concernées.

De leur côté, les assureurs devront rester attentifs aux éventuelles disparités de coûts, aux risques de fraude et à la non-homogénéité de la qualité de service entre vétérinaires.

La réussite d'un tel partenariat repose avant tout sur le respect des attentes de toutes les parties :

  • le client ; 
  • le réseau ; 
  • l'assureur.

Il s'agit d'une co-construction.

Le premier pas consiste donc à analyser les besoins des consommateurs afin de pouvoir mettre en place un réseau actif et pertinent.