La voiture est perçue comme un instrument d'émancipation. Il permet entre autres aux femmes de vaquer de façon indépendante aux diverses occupations quotidiennes qui incombent aux mères de famille, requérant des déplacements.

Et il se trouve que leurs comportements au volant sont exemplaires, du moins c'est ce qu'a révélé une étude sur un an réalisée par un site dédié à la comparaison d'offres d'assurances.

Bien avant le droit de vote, le permis de conduire a été déjà octroyé aux Françaises. Et c'est plus en bien qu'en mal, car au-delà des idéaux féministes et les différents mouvements pour l'égalité entre sexes, l'automobile est l'outil inéluctable de la mobilité quotidienne tant pour les hommes que pour les femmes.


Force est également de constater que contrairement au dicton populaire « femme au volant, mort au tournant » qui insinue un danger permanent lié à la conduite de voiture par les dames, ces dernières qui sont pourtant de ferventes usagères sont en général de parfaites conductrices. Et la prévoyance est d'autant plus accentuée chez les mères de famille.

Des préférences très spécifiques

Dans le cadre du baromètre 2019 d'un comparateur d'assurances auto renommé, portant sur la couverture automobile, 135 074 cotisations régularisées par des mères de famille disposant d'un enfant au minimum ont été analysées sur une année (du 1er avril 2018 au 31 mars 2019).

Les révélations par rapport aux préférences de ces conductrices ont été multiples. À commencer par leur fréquence d'utilisation de leur voiture qui est assez élevée, à en croire les résultats de l'étude :

  • 4% d'entre elles ont enregistré un kilométrage dépassant les 25 000 kilomètres par an ;
  • 40% roulent tous les ans entre 10 000 et 25 000 kilomètres ;
  • 56% enregistrent jusqu'à 10 000 kilomètres de distance parcourue.

En ce qui concerne le choix de leur véhicule, elles montrent un certain patriotisme. Elles sont en effet plus tournées vers les marques françaises, dont Renault qui est le plus coté (22,5%). S'ensuivent Peugeot qui est opté par 17,5% des conductrices et Citroën par 13,2% d'entre elles.


Du côté des formules de protection, les mères de famille affichent une grande prévoyance. Pour preuve, près de cinq femmes sur dix se sont inscrites à la plus complète des couvertures qui est l'assurance tout risque tandis que trois sur dix environ (28,5%) ont opté pour le tiers et quelque 23,5% pour l'intermédiaire.

Un choix qui leur permet quand même de dépenser beaucoup moins par rapport à la moyenne française, c'est-à-dire 550 euros si la dernière est estimée à 615 euros par an.

Une conduite exemplaire

Si le coût moyen d'assurance auto des mamans paraît raisonnable, c'est principalement à cause de leur profil d'âge mûr. En effet, les tarifs élevés sont plutôt facturés aux jeunes conductrices.

Toujours est-il qu'elles doivent aussi leurs conditions avantageuses à leur bonne conduite. De fait, 81% des femmes au volant ont réussi à préserver les points sur leur permis de conduire entre 2016 et 2019.

Durant cette même période, seulement un quart (25%) de ces assurées ont émis une déclaration de sinistre auprès de son pourvoyeur d'assurance, dont le plus répétitif est la collision.

Ce comportement exemplaire explique sans aucun doute le faible coefficient de bonus-malus qui leur est attribué, à raison de 0,69. À titre d'indication, la moyenne française se trouve à un niveau plus élevé, à 0,72.