Placement assurance vie

Alors que l’assurance vie assiste à une décollecte depuis plusieurs mois et que l’on constate une baisse importante des rendements des différents contrats d’assurance vie du marché, la Cour des Comptes publie un rapport d’évaluation sur le placement assurance vie.

De façon générale, le rapport remet en cause l’efficacité des dispositifs fiscaux en faveur de l’assurance vie, et particulièrement la durée de placement qui détermine l’avantage fiscal de l’épargnant. La Cour des Comptes indique que cette fiscalité de l'assurance vie induit les épargnants à considérer les contrats d’assurance vie comme de « simples véhicules fiscaux ». Il en ressort également que les institutions financières distribuant de l’assurance vie réorientent leurs stratégies de distribution en raison notamment de l’établissement de nouvelles normes prudentielles.


La Cour des Comptes propose une adaptation des taux de rendement, qui seraient indexés sur la durée des contrats, en constatant que le placement est moins fiscalisé que les autres revenus. Le manque à gagner serait de 1 milliard d’euros par an selon Bercy, chiffre sous-estimé selon la Cour des Comptes.

Enfin, la Cour des Comptes pointe l’éloignement progressif des objectifs premiers de l’assurance vie. Un produit qui devrait être au service du financement des PME et des entreprises françaises, mais dont une grande partie des sommes sont placées en emprunts d’Etats étrangers ou investies dans des entreprises étrangères.

Rappelons par ailleurs que 40% des ménages français détiennent un contrat d’assurance vie, ce qui représente 1 360 milliards d’euros d’actifs et en fait de loin le placement préféré des français. A titre de comparaison, ce montant est équivalent à 3 fois le montant placé sur les livrets A et les livrets bancaires.