assurance santé Alsace Moselle

Seulement 35 % des Alsaciens ont recours à une complémentaire santé alors que la moyenne nationale est de 60 %. La particularité du régime Alsace-Moselle explique en grande partie cette différence. Une conférence tenue par la Mutualité Française Alsace se tiendra demain dans la région.

Rappelons tout d'abord que dans les départements sous régime Alsace-Moselle, l'assurance maladie est gérée de manière autonome, en complément du régime général des salariés. Les cotisations des salariés y sont donc plus élevées qu'ailleurs en France. Cette cotisation s'élève à 1,80% du salaire du bénéficiaire. Le prix d'une complémentaire santé y est donc moins cher que dans les autres départements (environ 60% moins cher qu'en région parisienne par exemple), puisque une partie des remboursements de frais médicaux y est déjà pris en charge par le régime local.


François Kusswieder, le président de la Mutualité Française Alsace, qui regroupe 230 mutuelles, justifie logiquement l'écart du taux de personnes détenant une complémentaire santé en pointant « l'excellence du régime local », qui rembourse mieux que le régime général.

Cependant, la directrice de la Mutualité française Alsace met en exergue un problème : « beaucoup sous-estiment la nécessité d'une complémentaire pour des interventions lourdes ou par exemple l'achat de lunettes que le régime local ne prend pas en charge ».

Il en est de même pour les dépassements d’honoraires qui sont plus fréquents dans la région que sur l’ensemble du territoire. Le problème du financement des assurés se pose, au vue du peu d’adhérents dans la région. « Les mutuelles sont à but non lucratif, rappelle Sabrina Ripert. En réglant votre prime d'assurance, vous participez ainsi à la prise en charge des remboursements de personnes ayant plus de besoins que vous, comme les seniors par exemple. Il faut donc encourager les gens à y souscrire. »

Souscrire une assurance santé est à la fois un acte de solidarité et vous protège des frais financiers engendrés par certains actes médicaux. Cette conférence a pour but de sensibiliser la population.

Source : 20 Minutes