dépassement d'honoraires et mutuelle

Il aura fallu plus d'un an d'enquête pour que 60 millions de consommateurs puisse dénoncer les dépassements d'honoraires excessifs de certains praticiens au sein des centres hospitaliers.

En effet, les praticiens hospitaliers travaillant à temps plein au sein d'un centre hospitalier ont la possibilité de développer une activité libérale. Certains médecins exercent donc quelques heures par semaine en libéral au sein même de l'hôpital dans lequel ils pratiquent la médecine au quotidien.

Le magazine donne l'exemple d'une opération de la cataracte : le tarif remboursé par la CPAM s'élève à 271,70 euros mais, un patient devra payer jusqu'à 1490 euros s'il préfère se faire soigner par un «ponte» de l'Hôtel Dieu à Paris. Or, il n'aurait payé que de 511 à 777 euros s'il avait opté pour une clinique privée, en incluant les dépassements d'honoraires, dénonce l'enquête.


Cette pratique se multiplie pour pallier le manque de praticiens dans le secteur public afin que ces derniers ne partent pas dans le secteur privé, comme l'a expliqué au Figaro le Dr Norbert Skurnik, président de la Coordination médicale hospitalière.

Cette enquête souligne ainsi l'importance à donner à une étude approfondie des garanties de votre mutuelle santé. En effet, les formules proposées par les compagnies d'assurance et les mutuelles ne se valent pas toutes. Certaines formules de mutuelles peuvent prendre en compte des dépassements d'honoraires, à des niveaux divers, là où les formules les plus économiques n'incluent pas forcément une prise en charge.

En septembre 2013, c'est l'Assurance-maladie qui s'attaque aux dépassements d'honoraires abusifs. Elle indique avoir envoyé 500 courriers dénonçant à chaque médecin la moyenne des dépassements d'honoraires effectué en 2012 et de mars à avril 2013.