dépassement d'honoraire mutuelle

Hier, Le Monde a publié une enquête sur les dépassements d’honoraires. Encore, pensez-vous, mais celle-là est différente : Le Monde a aspiré les données publiques du site Ameli.fr pour enquêter sur les grandes villes et plus de 15 000 médecins.

Ainsi, on découvre que la majeure partie de ces fameux dépassements d’honoraires sont concentrés sur Paris et l'Île de France. Sur 66 médecins qui pratiquent des dépassements jusqu’à cinq fois le tarif de la Sécurité Sociale, 63 sont parisiens. D'ailleurs, ils sont aussi médecins hospitaliers et pratiquent donc des visites privées au sein d’un hôpital public. Par exemple, dans un grand hôpital parisien, la consultation peut coûter entre 200 et 220 euros alors qu’elle n’est remboursée que 23 euros par la « Sécu ».


De fait, même pour une simple consultation chez le généraliste, il n'est pas rare qu'un parisien doive débourser 15 euros de plus qu’un autre français. Les autres grandes villes n'échappent pas au phénomène, mais à Lyon par exemple, on ne constate que 1.5 % de médecins pratiquant les dépassements d'honoraires, et moins d’un pour cent à Lille par exemple.

Le Monde révèle par ailleurs que sur les 5.7 milliards d’euros de frais de santé à la charge des patients et des mutuelles en 2011, plus de 2.3 milliards étaient en fait des dépassements d’honoraires, soit environ 40%. Or, seulement 3 milliards d'euros de tickets modérateurs et 300 millions d'euros de forfaits sont à ce jour prévus. Face à de telles données, souscrire une mutuelle lorque l'on réside dans les grandes villes de France est particulièrement recommandé pour limiter le coût des dépassements d'honoraires, par exemple en utilisant un comparateur de mutuelle.

Pour rappel, les médecins rattachés au secteur 1 ne pratiquent que très peu le dépassement d’honoraires, à la différence des médecins du secteur 2, dont la tarification d’honoraires est libre, et qui peut grimper jusqu'à 17 fois le tarif remboursé par la Sécu, comme l’a souligné l’enquête du magazine 60 Millions de Consommateurs en février. La pose d’une prothèse de hanche pouvant être facturée jusqu’à 4250 euros, alors que cet acte est seulement remboursé 459.80 euros.


Le Monde dévoile également que près de 250 praticiens sont surveillés par l’Assurance Maladie et qu’ils sont à ce titre susceptibles de passer devant le Conseil de l’Ordre des Médecins. Néanmoins, peu de sanctions seraient à attendre. En effet, suite à l’enquête de 60 Millions, un simple rappel à l'ordre et une demande de baisse des tarifs seraient pour le moment les seuls risques encourus.

Néanmoins, la campagne présidentielle peut changer les choses, puisque suite à un sondage réalisé par Viavoice pour la campagne présidentielle, on découvre que 52 % des sondés pensent qu'il faut encadrer les dépassements, et qu’il faudrait carrément les interdire pour 32% des personnes interrogées. Les candidats vont-ils entendre cet appel et y répondre afin de récolter des votes pour le 12 mai ?