mutuelle-dentaire

La concertation entre l'UNCAM (Union Nationale des Caisses d'Assurance Maladie), la FSDL (Fédération des Syndicats Dentaires Libéraux) et la Confédération Nationale des Syndicats Dentaires (CNSD, majoritaire) pour trouver un accord sur le problème des frais dentaires n’a finalement pas porté ses fruits. La semaine dernière, nous vous annoncions que le tarif social dentaire, voulu par le directeur général de l’assurance maladie n’avait finalement pas été adopté, mais ce n’est pas tout !


En effet, même si les acteurs de cette réunion sont « tombés d'accord pour garantir l'accès aux soins des personnes à faibles revenus en mettant en place des plafonnements d'honoraires", comme l’a annoncé le directeur général de l'assurance maladie Frédéric Van Roekeghem au sortir de la séance à l’AFP, il a également précisé que cette solution "ne sera efficace que si les contrats des complémentaires santé couvrent mieux ces soins ».


Or, l'Unocam (Union des complémentaires) qui représente la majorité des mutuelles santé, refuse de mieux rembourser ces soins dentaires, préférant attendre l’issue des discussions possibles avec le Ministère de la Santé à propos d’une éventuelle labellisation des contrats ACS ( Aide à la Complémentaire Santé).


« C'est un accord de principe. Nous voulons montrer notre bonne volonté, mais la réalisation de cet accord est assez compromise si les complémentaires ne participent pas », a déclaré Roland L'Herron, président de la CNSD. « Elles veulent prendre le temps ». Néanmoins, comme le souhaitaient les dentistes, les soins conservateurs (plombage, dévitalisation, détartrage, etc.) seront bien augmentés du fait d’une moindre revalorisation de ces soins ces dernières années. Pour expliquer cette position des complémentaires santé, le président de la Mutualité française expliquait qu’aujourd’hui déjà les complémentaires santé remboursent 41 % des frais engendrés par la pose d’une prothèse dentaire alors que l’Assurance Maladie n’en rembourse que 18 %. Étienne Caniard voit là « un désengagement de l'assurance maladie de plus en plus marqué, notamment sur les prothèses ». Ceci expliquant en partie le prix important d'une mutuelle dentaire.

Les mutuelles-santé vont-elles changer de position ? Le nouveau gouvernement élu en mai va-t-il prendre des mesures pour réduire les dépenses de santé des Français ?