Santé : La Mutualité Française reçoit une réponse des candidats à la présidentielle 2012
un service de meilleurtaux.com

Santé : La Mutualité Française reçoit une réponse des candidats à la présidentielle 2012

assurance santé

Fin mars, la Mutualité Française a tenté d’obtenir plus de clarté de la part des candidats à l’élection présidentielle de 2012 sur leur programme et particulièrement sur leurs intentions pour la France en matière de santé. 8 des 10 candidats ont pris le temps de répondre.

Les questions posées aux candidats étaient :

  • Quels engagements comptez-vous prendre pour assurer le retour à l’équilibre des comptes et mettre fin au report de nos dépenses sur les générations futures ?
  • Comment envisagez-vous de mettre un terme à la différence entre les prix réels et les baisses de remboursement, phénomène qui se banalise et s’amplifie risquant ainsi de conduire l’ensemble des secteurs a la situation que nous connaissons pour l’optique, domaine dans lequel l’assurance maladie ne rembourse plus que 4% de la dépense ?
  • Quelle réponse apportez-vous aux personnes en situation de pertes d’autonomie et à leur entourage ?
  • Êtes-vous prêts à donner la possibilité aux mutuelles de contractualiser avec les professionnels de santé dans l’objectif de garantir aux Français des soins de qualité au meilleur prix ?
  • Quelles solutions envisagez-vous pour favoriser l’accès à une mutuelle et mettre ainsi en œuvre le droit à une garantie complémentaire pour tous ?

Nathalie Arthaud, candidate pour lutte ouvrière, s’est notamment exprimée sur le problème de l’accès au soin : « Il faut en finir avec les dépassements d’honoraires et exiger de la Sécurité sociale un remboursement correct des frais d’optique. »


De même que Nicolas Dupont-Aignan, candidat du parti Debout la République qui propose un début de solution à ce problème majeur de société : « Je ne suis pas hostile au principe de contractualisation entre l’assurance maladie, les mutuelles santé et les réseaux de soins […] ».

Pour sa part, Eva Joly, candidate pour Europe Écologie les Verts (EELV) s’exprime au nom de son parti : « Nous supprimerons la taxe sur les contrats responsables et mettront en place des aides d’accès à la mutuelle, notamment pour les populations les plus vulnérables. »

Jacques Cheminade, quant à lui, « propose de revenir à un niveau moyen de remboursement des soins courants de 55 % actuellement au taux originel de 80 %. »

François Bayrou, candidat du Modem, propose un « bouclier santé pour tous ceux qui sortent des minimas sociaux et ne disposent pas de revenus suffisants pour acquérir une assurance complémentaire pour la santé et sont donc contraints de différer, voire de renoncer à leur accès aux soins en raison de l’importance des restes à charge. »

Pour Philipe Poutou, candidat pour le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), le problème de la Sécu n’est pas son « déficit », mais plutôt son « financement ». En effet, selon lui, « le prétendu « déficit » de la Sécurité sociale est le résultat, non d’une fatalité, mais de choix politiques des gouvernements successifs. »


D'ailleurs, le déficit de l’assurance maladie est au cœur des débats à quelques jours du premier tour. Nicolas Sarkozy prévoit de poursuivre la politique de maîtrise des dépenses, engagée depuis plusieurs années en cas de réélection. Il souhaite notamment « repenser le système de financement » de la protection sociale, grâce à la TVA sociale.


Pour répondre au problème de financement de la Sécurité Sociale, le candidat socialiste, lui, souhaite revenir « dès l’été prochain », « sur certaines niches sociales » en instaurant « une contribution sur les revenus du capital et de placement équivalent à celle portant sur les revenus du travail ». « Au-delà, j'engagerai le rapprochement de l’impôt sur le revenu et de la contribution sociale généralisée (CSG), devant aboutir à terme à la mise en place d’un prélèvement simplifié sur le revenu (PSR). Le financement de la Sécurité sociale, dans ce cadre, sera sanctuarisé », précise-t-il.

François Hollande pense également qu’il est « important de rétablir l’égalité entre les assurances et les mutuelles en leur permettant, par la voie contractuelle, de favoriser les conditions d’un meilleur accès de tous à des soins de qualité et au meilleur coût ».

Alors que Nicolas Sarkozy, pour sa part demande un engagement plus ferme des mutuelles sur « un certain nombre de champs », « avec des actes concrets, c’est-à-dire une participation, notamment financière, à une offre » qui ne soit pas réservée à leurs adhérents. Il cite en exemple l’éducation thérapeutique du patient (ETP).


Dans un dernier temps, les candidats étaient invités à résoudre le problème de l’accès au soin et le droit à « la complémentaire santé solidaire pour chacun ».

Le candidat socialiste déclare sur ce point que « le renchérissement des cotisations des mutuelles est en grande partie lié aux augmentations successives des taxes appliquées aux mutuelles », c’est pour lui cela qui empêche l’accès aux soins pour tous.

Selon François Hollande, la solution est de « réintroduire une distinction entre les contrats aux effets vertueux et les autres ». Il souhaite donc faire une distinction entre les différents contrats existants, les contrats solidaires et les contrats responsables notamment. « C'est pour cela que je souhaite que soit redéfini le contenu des contrats existants et que s'instaure une taxation fortement différenciée selon leur nature », explique-t-il. Enfin, Hollande souhaite ouvrir "un débat sur la place et le rôle des organismes complémentaires, et notamment des mutuelles qui sont aujourd’hui indispensables pour accéder aux soins ».

Le président sortant, quant à lui, rappelle toutes les actions mises en œuvre par son gouvernement depuis cinq ans : l’augmentation du plafond de l’aide à la complémentaire santé (ACS), qui favorise l’accès aux personnes rémunérées jusqu’à 35 % au-dessus du plafond de la CMU (Couverture Maladie Universelle), c’est-à-dire 874 euros pour une personne seule. Il rappelle qu’auparavant ce taux était de 26 %. Cette hausse permettrait "à 1 million de personnes de bénéficier de l’ACS d’ici la fin de l’année 2012 ».

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (686 avis clients sur Avis-Vérifiés)