L'espérance de vie des Français sans dépendance

Alors que depuis deux ans les Françaises avaient l'espérance de vie la plus longue, elles ne sont qu'au 10ème rang européen pour l'espérance de vie sans incapacité (ESVI), comme le révèle une étude réalisée le cadre de l'Action conjointe européenne sur les espérances de vie en bonne santé (European Joint Action on Healthy Life Years), dévoilée à Paris, à l'initiative du Ministère de la Santé de l'Union Européenne.

L'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale a coordonné les travaux de cette étude transeuropéenne.

Pour le classement féminin, c'est en France et en Espagne qu'il est conseillé de vivre pour les femmes de l'Union Européenne, dont l'espérance de vie est de 85.3 ans, même si ESVI n'y est pas parmi les plus élevées. Cette différence souligne que les dernières années de vie d'une Française ont plus de chance qu'ailleurs d'être marquées par des problèmes liés à la perte d'autonomie et à la dépendance envers autrui dans la réalisation d'actes de la vie quotidienne. Les français occupent, quant à eux, la 8ème place pour la longévité de la durée de vie et la 10ème pour l'ESVI.
 
À titre de comparaison avec nos voisins européens, la Suède est en tête des pays où il fait bon vivre pour les hommes, avec une espérance de vie jusqu'à 79.6 ans et une bonne santé jusqu'à 71.7 ans. Le pays qui occupe le bas du classement masculin est la Slovaquie, dont l'ESVI est à 52.1 ans.

Ces chiffres sont une nouvelle illustration de l'urgence d'une réforme de la dépendance pour pallier le problème de son financement, et du débat sur l'assurance dépendance, à la une de l'actualité depuis le début de la campagne présidentielle. Par ailleurs, de plus en plus de français effectuent des devis assurance dépendance.