Médiator

Le procès Servier, dans l’affaire du Médiator, devant le tribunal de Nanterre depuis la semaine dernière vient d’être renvoyé à une date ultérieure pour des raisons juridiques.

En effet, la juge Prévost-Desprez a en effet estimé que l’équité du procès ne pouvait être garantie dans la mesure où un second procès a lieu pour les mêmes raisons au parquet de Paris.


La juge a commenté ainsi sa décision : « il n’appartient à aucune partie de décider ni d’imposer son calendrier, fut-il médiatique ou judiciaire, en bafouant les règles fondamentales du procès pénal ».

Isabelle Prévost-Desprez a également rappelé qu'« il ne saurait être imposé à aucun juge (…) un dossier tronqué au motif que la justice doit passer vite et donc dans n’importe quelles conditions ».


Le tribunal de Nanterre a toutefois accepté de transmettre à la Cour de Cassation une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Pour la troisième fois dans le même procès, la Cour de Cassation devra choisir si elle doit saisir le Conseil Constitutionnel.

La défense a eu gain de cause et le procès est renvoyé au 14 décembre 2012 pour une audience relais.
« Après avoir perdu six mois, on va perdre un an. C’est triste, car pendant ce temps, au civil, les victimes vont continuer à se faire dézinguer une à une », ont commenté les parties civiles.