A Paris, la Caisse Primaire d'Assurance Maladie a décidé pour éviter tous les coûts azimuts que les pharmaciens devaient réserver le tiers payant seulement aux patients qui acceptent les médicaments génériques.

Cette  mesure est en totale corrélation avec l'objectif de 2013 de l'assurance maladie : économiser 2,2 milliards d'euros. Cette disposition n'est pas nouvelle : elle existe depuis 2006 mais elle n'a jamais été réellement appliquée par les pharmaciens.

A présent,  seuls  les patients qui acceptent les médicaments génériques bénéficient de l'avance du tiers payant. Ceux qui refusent doivent faire l'avance des frais. Les pharmaciens leur délivrent alors une feuille de soins afin de se faire rembourser par la sécurité sociale.


Cette disposition est applicable à tous les assurés sauf aux victimes d'un accident du travail et aux bénéficiaires de l'aide médicale d'Etat prévue pour les étrangers en situation irrégulière aux faibles ressources.

La CPAM  de Paris, prévoit des contrôles dès les prochains jours pour vérifier l'application de cette mesure. Si les pharmaciens ne respectent pas ce dispositif, ils ne seront pas remboursés par la sécurité sociale.

Cette disposition a vocation à s'étendre très prochainement à toutes les CPAM. C'est un des moyens efficaces pour maitriser une partie des dépenses de santé.