75 % des Français sont convaincus que la jeunesse demeurera la génération qui souffre le plus des conséquences économiques de la crise actuelle, selon un sondage. Cette dernière a surtout un gros impact psychologique sur les jeunes. C’est l’une des raisons pour lesquelles Emmanuel Macron a affirmé qu’il est nécessaire de prévoir une stratégie pour y remédier.

75 % des Français sont convaincus que la jeunesse demeurera la génération qui souffre le plus des conséquences économiques de la crise actuelle, selon un sondage. Cette dernière a surtout un gros impact psychologique sur les jeunes. C'est l'une des raisons pour lesquelles Emmanuel Macron a affirmé qu'il est nécessaire de prévoir une stratégie pour y remédier.

Les jeunes allaient déjà mal bien avant l'épidémie. Ils ont eu également tant de mal à gérer le premier confinement. Et le second n'a fait qu'aggraver leur situation. Parmi les principaux problèmes engendrés par cette stratégie de réduction des risques sanitaires figurent :

  • l'isolement dans un petit logement ;
  • les cours en ligne ;
  • les difficultés financières ;
  • la disparition des jobs étudiants.

La santé mentale des jeunes en est fortement impactée. Ils sont actuellement davantage nombreux à demander des soins, selon Aude Rochoux. La directrice du SSU de l'Université de Strasbourg a affirmé que cette demande a progressé d'un millier par rapport à l'année dernière, entre mars et juillet.


Tout est à l'arrêt en raison de l'épidémie

Les résultats d'un sondage font apparaître que les jeunes se retrouvent dans une situation des plus désavantageuses pour 75 % des Français. En plus d'être loin de leur famille, ils sont nombreux à être contraints de rester confinés dans une chambre qui fait 9m2 au sein d'une cité universitaire. Compte tenu de l'épidémie, les voisins de chambre se côtoient peu entre eux. Ils se sentent alors très seuls. De plus, ils stressent énormément à cause des problèmes financiers engendrés par la crise. Tout cela a un grand impact sur leur santé alors qu'ils doivent avoir une mutuelle étudiant pour rembourser 30 % de leurs frais médicaux non pris en charge par la caisse d'assurance maladie.

Dans différentes cités universitaires, les jeunes doivent s'entraider pour se nourrir. Leur bourse ne suffit pas pour couvrir :

  •  les dépenses alimentaires ;
  •  les frais de santé ;
  •  les frais téléphoniques ;
  •  le loyer ;
  •  la nourriture.

Sachant qu'il n'est plus possible de trouver un job étudiant, leur découvert continue à augmenter. Et des jeunes n'ont encore prévu aucun plan de remboursement.

Pour tenter de régler ce problème, 20 000 jobs pour les étudiants ont été créés, selon le Premier ministre Jean Castex. De même, le budget des Crous destiné à les soutenir en urgence est doublé. Cette aide devrait aider 200 000 jeunes à s'en sortir.


La détresse psychologique chez les jeunes

Une troisième vague « de la santé mentale » est réellement à craindre chez les jeunes selon Olivier Véran, le ministre de la Santé. Mélanie Luce identifie la jeunesse comme une génération sacrifiée.

Selon la présidente de l'Unef, la détresse psychologique qui touche les jeunes n'est pas une nouvelle problématique à résoudre. Ils ont en déjà souffert bien avant l'épidémie de Covid-19. Celle-ci ne fait qu'empirer la situation actuelle. Mélanie Luce explique :

Les jeunes sont confrontés à trop de préoccupations. Deux étudiants se sont même suicidés en France, à Montpellier et à Nice. Les résultats d'une étude révèlent qu'environ 22 % des étudiants ont déjà pensé à se donner la mort. La situation actuelle est critique alors que les SSU sont submergés par le travail.

Selon Aude Rochoux, le problème, étant bien plus grave, ne serait pas seulement lié au contexte sanitaire actuel. La directrice du SSU de l'Université de Strasbourg explique :

Cela fait maintenant plusieurs années que le nombre d'étudiants rencontrant des problèmes psychiatriques et psychologiques ne cesse d'augmenter. Ce sont souvent les mêmes personnes qui demandent des rendez-vous et les causes sont surtout liées à leur mode de vie.