L'assurance deux-roues

L'article L211-1 du Code des assurances expose que tout véhicule terrestre à moteur a l'obligation d'être assuré, quelles que soient les voies sur lesquelles il circule. Les véhicules deux-roues comme les scooters y sont donc soumis. L'assurance scooter est donc obligatoire.

Les personnes roulant en deux-roues sont plus vulnérables qu'en voiture, et ont environ trois fois plus de chances d'être victimes d'un accident de la route. Il est donc nécessaire de bien s'assurer pour couvrir ces risques supplémentaires.

La plus petite assurance imposée au propriétaire d'un scooter par la loi est l'assurance au tiers avec une garantie responsabilité civile.


Dans le cadre d'un accident impliquant la responsabilité du conducteur du deux-roues, la compagnie d'assurance prend en charge les dommages corporels et matériels causés à un tiers. En revanche, l'assurance au tiers ne prend pas en charge ceux subis par le conducteur du scooter et son engin.

Pour être mieux couvert, le possesseur du deux-roues peut souscrire une assurance tous risques qui le couvrira, lui et la tierce personne victime du sinistre.

Il peut également souscrire une assurance intermédiaire, à mi-chemin entre les deux précédentes, ou une assurance scooter au kilomètre.

Qu'est-ce que l'assurance scooter au km ?

Cette assurance scooter propose de bénéficier de bonnes garanties, sans être ruineuse du fait de tarifs trop élevés. En effet, c'est le kilométrage du scooter qui devient le facteur déterminant des cotisations.

C'est une bonne manière de diminuer le montant des primes d'assurance.

L'assureur propose de couvrir le scootériste en fonction du nombre de kilomètres qu'il prévoit d'effectuer ou ceux réellement réalisés. Deux formules sont en effet disponibles :

  • Le forfait kilométrique : l'assuré paye une couverture selon le nombre de kilomètres qu'il prévoit de faire. Pour ce qui est des deux-roues en général, la formule couvre entre 2000 et 3000 kilomètres par an.
  • Le tarif au kilomètre : il n'y a pas de prévision de kilométrage et le prix du kilomètre est fixé à l'avance. Le montant de la prime se compose alors :
    • d'une somme fixe tel un abonnement mensuel ou annuel,
    • d'une somme variable fonction du nombre de kilomètres parcourus.

Bien évidemment, l'assureur se base rarement sur la seule bonne foi de l'assuré pour connaître le nombre de kilomètres effectués. La pose d'un boîtier GPS est donc quasi systématique.


Avantages & inconvénients de l'assurance au km pour un scooter

Ce type d'assurance possède d'indéniables avantages :

  • Des économies conséquentes avec les mêmes garanties qu'une assurance traditionnelle (l'assuré peut obtenir un gain de 20 à 30 % sur le tarif global de la couverture). Ainsi, on compte en moyenne 518 euros à l'année pour une assurance scooter traditionnelle, alors que l'assurance scooter au kilomètre ne coûte qu'environ 362 euros.
  • Des garanties inchangées par rapport aux couvertures classiques. On retrouve les formules au tiers, intermédiaire, et tous risques. Vous choisissez ainsi ce qui vous convient, et selon vos besoins.

Bien que cette assurance puisse sembler particulièrement alléchante, il existe toutefois quelques inconvénients qu'il convient de préciser :

  • Dans le cadre du forfait kilométrique, il faut calculer le kilométrage avec grand soin, et s'y tenir. En effet, dépasser le forfait ne serait-ce que de 100 kms entraîne la facturation d'une surprime qui peut s'avérer conséquente. Cette surprime est mentionnée sur le contrat, et la plupart des organismes assureurs facturent en moyenne 30 centimes le kilomètre dépassé. Avec une trentaine d'euros à régler par tranche de 100 kms en plus, l'assurance scooter au km peut s'avérer bien moins intéressante si le kilométrage n'est pas maîtrisé.
  • La pose du GPS entraîne des frais d'installation. En règle générale, ils sont à la charge de la compagnie d'assurance, mais ils peuvent incomber à l'assuré dès lors qu'il s'agit de démonter le boîtier à la résiliation du contrat. Se renseigner sur ce point à la signature du contrat est primordial.

En outre, il est prudent de ne pas essayer de duper son assureur en lui communiquant un kilométrage erroné s'il s'est contenté d'une déclaration sur l'honneur sans requérir la pose d'un boîtier GPS. Cela peut être tentant de faire une fausse déclaration pour réduire sa prime d'assurance. Toutefois, en cas d'accident par exemple, le compteur kilométrique sera relevé et le risque est élevé de ne pas être indemnisé ou couvert pour les dommages causés à un tiers.

L'assurance scooter au km : une bonne idée ?

Nous l'avons vu, l'assurance scooter au kilomètre peut véritablement être une bonne idée si l'assuré roule peu dans l'année. Les économies s'avèrent conséquentes si le calcul des kilomètres effectués est précis. L'assurance scooter au km permet alors de bénéficier d'une couverture adaptée à sa situation, avec des garanties inchangées par rapport à une assurance classique.

Ainsi, si par exemple le scooter n'est utilisé que sur quelques kilomètres pour aller en cours, ou pour se rendre au travail, cette assurance est indéniablement une très bonne idée.


Comment trouver une assurance au km pour un scooter ?

Si cette option vous intéresse, sachez qu'il est assez difficile de trouver un organisme qui la propose. Les assureurs principaux ont tendance à ne pas la proposer, et même AMV (le principal organisme d'assurance motos et autres deux-roues) indique sur son site qu'il ne la pratique pas. Il est donc utile de se renseigner auprès d'assureurs moins importants, ou plus proches des particuliers.

Avec un comparateur en ligne, il est possible de passer en revue rapidement de nombreuses offres de couverture pour scooter et de voir quelles compagnies d'assurance proposent les meilleures offres.

En résumé

L'assurance scooter au kilomètre est un véritable bon plan dans le cas où le kilométrage est très faible. Avec une couverture au tarif au kilomètre ou au forfait kilométrique, l'assuré bénéficie de garanties inchangées par rapport aux couvertures classiques. Cependant, dans le second cas, le calcul des kilomètres annuels doit être le plus juste possible, afin de ne pas payer trop cher en surprimes !