Pas d'assurance contre le squat

Lorsque vous achetez un bien immobilier pour le louer, qu'il s'agisse d'un appartement ou d'une maison, il existe un risque : voir votre bien squatté. Le problème est qu'il n'existe pas réellement de solutions pour se prémunir, aucune assurance habitation squat n'a prévu une solution en ce sens. Il en va de même pour votre résidence principale.

Pour éviter que votre maison ne soit squattée, il faut donc vous assurer qu'elle soit louée en permanence. C'est en effet durant les périodes de vacance locative que les squatteurs jettent leur dévolu sur un bien et s'y installent. Entre deux locataires, installez un système d'alarme ou de télésurveillance afin de protéger votre bien contre les squatteurs.


Bon à savoir : Un squatteur est une personne qui réside illégalement dans un logement. Aussi, un locataire qui ne paie pas son loyer ne peut être considéré comme tel.

Que faire si votre logement est squatté ?

Dans un premier temps, sachez que vous ne pouvez intervenir vous-même et encore moins utiliser la violence pour déloger un squatteur, vous risquez une amende de 30 000 € et 3 ans de prison.

Auparavant, faire partir des squatteurs était un parcours du combattant, la procédure pouvait durer 2 ans. Depuis le 1er janvier 2021, une nouvelle loi permet de simplifier la procédure et de faire quitter les lieux sous 72 heures. Comment procéder ?

  • Déclarez le squat en déposant plainte à la gendarmerie.
  • Prouvez que ce logement vous appartient bien et que les personnes sont ici illégalement.
  • Faites constater le squat par une personne des forces de l'ordre.
  • Demandez une mise en demeure de quitter le logement au préfet.
  • Un délai est fixé pour laisser le temps aux squatteurs de quitter les lieux. S'ils n'obtempèrent pas, le préfet peut décider l'évacuation.

Bon à savoir : La trêve hivernale qui protège les locataires ne s'applique pas aux squatteurs, vous pouvez les déloger à tout moment de l'année.


Une garantie protection juridique pour vous accompagner

Si votre logement est squatté, bien qu'aucune assurance ne vous permette réellement de vous protéger d'une telle situation, la protection juridique peut quant à elle vous proposer un accompagnement humain et financier selon les garanties souscrites. Dans un premier temps, les juristes vous apportent des conseils pour résoudre le problème de squat auquel vous êtes confronté. Ensuite, avec une assurance complète, vous pouvez espérer une prise en charge des frais de justice. Car si la nouvelle procédure permet de libérer votre logement rapidement, le préfet peut aussi refuser d'intervenir dans certaines conditions. Si vous devez aller en justice, cette garantie de l'assurance multirisque habitation pourrait vous être très utile.

Les autres risques liés à un investissement locatif

Le squat n'est pas le seul risque lorsque vous décidez de mettre un bien en location. En tant que propriétaire bailleur, vous pouvez vous retrouver face à des locataires peu scrupuleux qui vont :

  • cesser de payer le loyer ;
  • causer des dégradations dans votre bien.

S'il n'existe pas d'assurance contre le squat, il est en revanche possible de vous assurer contre les autres risques.

La garantie des loyers impayés

L'un des risques majeurs est de voir votre locataire cesser de payer les loyers. Or, pour la plupart des propriétaires, ce loyer permet de rembourser les mensualités de prêt immobilier, sa perception est donc indispensable. Pour d'autres, cela permet d'obtenir un complément de revenus qui, lui aussi, est important. Souscrire un contrat d'assurance loyers impayés permet de vous assurer de percevoir vos loyers, même en cas de défaillance du locataire. Votre compagnie d'assurances prend en charge les sommes dues durant une période indiquée au contrat (attention au délai de carence éventuel).


Notez que l'assureur peut refuser de vous assurer si le dossier du locataire ne répond pas à ses critères de sécurité, notamment si son revenu n'est pas suffisant pour limiter le risque d'impayé.

La garantie détériorations

Avec la GLI, vous pouvez souscrire une assurance qui vous couvre si des dommages matériels sont causés à votre logement. Un locataire peut parfaitement est à l'origine de dégradations lourdes qui vont nécessiter des travaux importants lorsqu'il quittera le logement. Cette assurance peut prendre en charge les travaux de rénovation, mais aussi vous proposer une indemnisation pour combler l'absence de loyer le temps de les réaliser.

Cette assurance souscrite par les propriétaires bailleurs ne les couvre pas pour les détériorations causées par les squatteurs, elle s'applique uniquement aux locataires liées par un contrat de location officiel.

L'assurance propriétaire non occupant (PNO)

Cette assurance vous protège, notamment en cas de vacance locative. Lorsque le logement est occupé, le locataire est dans l'obligation de souscrire une assurance habitation contre les risques locatifs. Lorsque le logement est vide, seule l'assurance PNO peut vous couvrir en cas de sinistre (incendie, dégât des eaux, etc.). Libre à vous de souscrire ou non cette assurance et de choisir des garanties essentielles ou des garanties complémentaires. Durant la période de location, cette assurance du propriétaire bailleur permet également de compléter l'assurance du locataire et d'assurer la prise en charge des sinistres qui ne sont pas couverts par l'assurance des locataires.


Comparer les assurances pour les propriétaires non occupants

Vous êtes propriétaire bailleur et souhaitez protéger au maximum votre investissement locatif ? S'il n'existe pas d'assurance squatteur, d'autres solutions vous sont proposées pour couvrir votre bien et votre investissement. Le comparateur d'assurances vous permet de trouver des contrats d'assurance offrant le meilleur rapport qualité/prix pour vous protéger en cas de loyer impayé ou encore de dégradations dans votre logement. Comparez également les assurances habitation PNO pour une protection de votre bien, même entre deux locataires.