Comment choisir une assurance loyer impayé prix ?

L’assurance loyer impayé protège le propriétaire en cas d’insolvabilité du locataire. Elle peut également offrir des garanties pour d’autres sinistres telles que la dégradation du logement. Son prix dépend de plusieurs paramètres. L’assureur tient compte du loyer, de l’étendue de la couverture ainsi que des frais annexes qui seront à sa charge.

assurance loyer impayé prix

Lorsqu'un locataire ne peut pas payer son loyer, l'assurance loyer impayé (ALI) offre aux propriétaires une garantie non négligeable. En effet, elle leur permet de bénéficier d'une indemnisation de la part de leur assureur. Le propriétaire peut également être protégé contre d'autres risques. Des garanties additionnelles peuvent couvrir les départs prématurés ainsi que les frais en cas de dommages occasionnés par le locataire.

Le montant d'une assurance loyer impayé diffère selon les garanties comprises dans le contrat. D'autres paramètres sont également considérés par l'assureur pour déterminer le montant de la prime. Il pourra tenir compte du montant du loyer, du plafond ou de la durée de l'indemnisation.


Comment se calcule le prix de l'assurance loyer impayé ?

Pour calculer une assurance loyer impayé prix, les assureurs tiennent compte du montant du loyer à couvrir. Le tarif défini peut ainsi représenter une somme plus ou moins importante, selon les revenus locatifs du propriétaire. En échange, il bénéficie d'une garantie contre les risques de défaillance financière du locataire.

Souvent, les compagnies d'assurance demandent au propriétaire bailleur de vérifier la solvabilité du futur occupant avant la souscription. Il peut même s'agir d'une condition imposée pour que l'assureur accepte de le couvrir.

Pour ce faire, des documents spécifiques peuvent être demandés tels que :

  • Le contrat de travail du locataire ;
  • Une preuve de son revenu ou de celui du garant ;
  • Un avis d'imposition.

Le propriétaire s'appuie sur le revenu net imposable pour évaluer la solvabilité de son locataire. Il faut notamment prendre comme base le revenu annuel net imposable. De manière générale, le locataire doit disposer d'un revenu au moins 2,85 fois supérieur au montant de son loyer.

Dans son calcul, le bailleur peut prendre en considération les différentes allocations dont bénéficie son locataire. Il peut s'agir des allocations familiales ou des allocations logement. En revanche, il faut exclure les primes et compléments qui s'ajoutent au revenu de manière occasionnelle. Si la location concerne plusieurs résidants, la solvabilité de l'un des occupants suffit pour valider une demande de couverture.


Il convient de souligner que la souscription à une assurance loyer impayé ne supprime pas la caution. En effet, même avec cette dernière, le propriétaire court toujours le risque de ne pas être payé. Cela arrive notamment lorsque le locataire se trouve dans une situation d'insolvabilité.

Cette couverture est d'autant plus utile pour les bailleurs qui ont souscrit à un prêt immobilier. Grâce à leur assurance, ils seront en mesure de respecter les mensualités, quelle que soit la situation financière du locataire.

Combien coûte une assurance loyer impayé ?

Le coût d'une garantie impayés fluctue de 2 à 5 % du montant du loyer annuel, charges comprises. Il peut toutefois varier d'une compagnie à une autre. Il est donc préférable de comparer les offres avant d'en souscrire une.

Le propriétaire peut ainsi demander un devis auprès de plusieurs assureurs. Afin d'obtenir une offre personnalisée, il doit leur communiquer ses besoins en matière de couverture. Parmi les informations doivent figurer le montant de ses revenus locatifs et les garanties souhaitées. Le devis est proposé gratuitement et n'entraine aucun engagement de sa part.

L'objectif est de trouver la compagnie qui propose le meilleur rapport couverture/prix. Dans ce cadre, le tarif ne doit pas être l'unique élément pris en considération lors de la comparaison. Il faut également tenir compte :

  • Des garanties incluses dans le contrat ;
  • Du montant de l'indemnisation ;
  • De la franchise ;
  • De la prise en charge des frais de procédure pour le recouvrement.

L'assurance loyer impayé permet de couvrir un risque financier pouvant aller de 15 000 à 20 000 euros. C'est le montant que le propriétaire peut perdre en cas de défaillance de son locataire.


Toutefois, la procédure de recouvrement ne garantit en aucun cas le paiement des sommes dues par le locataire. Au terme de cette démarche, ce dernier peut rester dans une situation d'insolvabilité. Le juge peut alors décider d'acquitter ou d'aménager ses dettes.

La garantie loyer impayé (GLI) protège alors le propriétaire du coût des démarches administratives. Cela le libère également d'une longue procédure de recouvrement. L'assureur s'occupera de régler le litige avec l'aide de ses partenaires, avocats et huissiers.

Quels sont les critères à prendre en compte dans le coût de l'assurance loyer impayé ?

Le montant de la prime dépend en grande partie de celui du loyer à couvrir. Il n'est cependant pas le seul élément pris en compte par l'assureur. Le prix varie selon :

  • Le taux décidé par la compagnie d'assurance : il s'agit du pourcentage appliqué sur le montant du loyer annuel, charges comprises ;
  • Le plafond de remboursement : plus il est élevé, plus la prime à payer est importante ;
  • La durée de la couverture : le propriétaire peut demander une couverture sur plusieurs mois, voire sans limite. Cependant, le coût de l'assurance augmentera avec la période de couverture ;
  • Les frais fixes, qui incluent les frais de dossier et les frais annexes. Leur montant diffère d'un assureur à un autre ;
  • Les garanties souscrites : plus elles sont nombreuses, plus la prime est élevée.

La garantie de base consiste en un remboursement des loyers en cas d'insolvabilité du locataire. Le propriétaire peut la compléter par d'autres garanties optionnelles, telles que :

  • La garantie contre les dégradations du logement : elle couvre les frais en cas de dommages occasionnés par le locataire ;
  • La garantie en cas de départ prématuré : celle-ci intervient si le locataire part avant les délais prévus. Cela couvre aussi le cas du décès de ce dernier. L'assurance prend alors en charge les loyers avant l'aménagement d'un nouveau résidant ;
  • Une garantie vacances locatives : elle couvre la perte de loyers pendant la période où le logement demeure inoccupé ;
  • La garantie protection juridique et recours : les frais sont pris en charge lors d'une procédure de recouvrement. Cela comprend les honoraires des avocats et ceux de l'huissier. Elle peut également couvrir les dépenses générées par l'expulsion du locataire.

Afin d'éviter les dépenses superflues, le propriétaire doit identifier précisément ses besoins en amont de la souscription. Il pourra alors personnaliser le contrat de façon à obtenir une couverture adéquate tout en évitant les garanties accessoires. Si le locataire peine avec son budget locatif, vous pouvez l'orienter vers un comparateur d'assurance habitation en ligne afin qu'il puisse trouver une formule plus abordable.



Assurance loyer impayé : comment trouver le meilleur prix ?

La souscription d'une garantie loyer impayé ou GLI constitue un investissement non négligeable pour le bailleur. Le prix de l'assurance loyer impayé va venir en déduction des loyers perçus, et rogner la rentabilité du bien pour son propriétaire. Ce type d'assurance est une des charges incombant à un bailleur, en complément des charges de copropriété ou encore de l'imposition des revenus fonciers.

Dans ces conditions, la recherche du contrat le plus compétitif est évidemment un enjeu important. Une formule vous proposant un bon tarif d'assurance loyer impayé préservera mieux la rentabilité locative de votre bien – tout en vous apportant une certaine sécurité en cas de défaillance du locataire.

La consultation d'un comparateur en ligne est la méthode la plus recommandée pour sélectionner et souscrire un contrat parfaitement adapté à vos besoins et à votre budget, en fonction du prix de l'assurance GLI. Ce type d'outil vous permet tout à la fois :

  • de générer automatiquement de nombreux devis de GLI ou assurance loyer impayé, à partir de vos renseignements personnels (profil d'assuré, type de location, montant du loyer…) ;
  • de mettre en concurrence un grand nombre de compagnies d'assurances ;
  • de classer les offres selon les critères de votre choix, comme la nature des garanties proposées ou le plafond d'indemnisation ;
  • de sélectionner en un clic la formule vous paraissant la plus pertinente et la plus attractive ;
  • de procéder immédiatement à la souscription en ligne de cette offre.

Vous trouvez les contrats proposés trop chers, et peu avantageux ? Un courtier en assurance est en mesure de venir en aide aux bailleurs en difficulté. Il démarche lui-même de nombreux assureurs pour le compte de son client, afin de lui apporter une police d'assurance sur mesure répondant à l'ensemble de ses exigences.


Vos questions fréquemment posées

GLI et assurance loyer impayé : quelle différence ?

Il n'existe aucune différence de nature entre la GLI (« garantie loyer impayé ») et une assurance loyer impayé. Les deux appellations sont susceptibles d'être utilisées par les assureurs, en fonction de leur politique commerciale.

En pratique, le terme de GLI sera plutôt utilisé lorsque l'indemnisation des loyers non payés constitue une simple garantie au sein d'un contrat plus large d'assurance propriétaire bailleur. L'assurance loyer impayé est plus souvent un contrat autonome.

Que faut-il vérifier avant de souscrire une assurance loyer impayé ?

Deux critères sont particulièrement importants au moment de la comparaison et du choix de votre future garantie contre les impayés de loyer :

  • Le plafond de remboursement correspond au montant maximal pouvant être remboursé par l'assureur en cas d'impayé de loyer. Plus le loyer est élevé, et plus ce plafond devrait être revu à la hausse. Idéalement, prévoyez au moins l'équivalent de deux à trois années de loyers.
  • La durée d'indemnisation désigne la période pendant laquelle l'assureur prendra à sa charge le coût des loyers impayés. Au-delà, la protection s'arrête. Il est donc essentiel pour le bailleur d'engager rapidement les démarches contentieuses face à un locataire mauvais payeur.