Un loyer abordable permettant de vivre dans un appartement qualitatif. Telle est la condition de vie permettant de contribuer à la réussite universitaire. Or, en matière d’accès au logement étudiant, le but fixé par le gouvernement demeure encore loin d’être atteint. C’est ce que révèle Marc Prévot, qui s’assure de l’exécution des programmes pour le logement étudiant jusqu’en avril prochain.

Les années se succèdent et se ressemblent puisque la précarité étudiante est toujours d’actualité. Par exemple, durant ce quinquennat, 30 000 étudiants issus de ménages modestes seront privés d’habitat sans pour autant bénéficier d’un logement social.

C’est la raison pour laquelle l’expert en logement, Marc Prévot, qui a exercé auparavant en tant que haut fonctionnaire, s’insurge contre le manque de réactivité du gouvernement par rapport à l’enjeu. Dans le détail, il se peut que de nombreux enfants n’aient pas l’opportunité d’obtenir un diplôme universitaire pour s’épanouir davantage dans leur vie professionnelle. Explications.

Mieux soutenir les constructeurs sociaux pour atteindre les objectifs fixés au préalable

Concernant la construction de logements, le bilan des travaux dressé au mois de mars 2019 est inférieur aux prévisions. En guise d’illustration, le projet d’édification de logements étudiants est réalisé à hauteur de 50 % seulement. En effet, sur les 60 000 logements prévus pour cette année, 30 000 unités ont été construites.


La raison de cet écart ? Alors que les objectifs à atteindre ont été particulièrement colossaux, les constructeurs de logements sociaux n’ont pas obtenu suffisamment de ressources de la part de l’exécutif. De plus, les constructeurs HLM se voient prélever plusieurs milliards d’euros.

La Réduction de loyer de solidarité (RLS) dédiée aux populations modestes et censée faire baisser le loyer initial en est la cause. En tout cas, cette démarche s’est révélée efficace pour résoudre les problématiques gouvernementales.

80 000 logements au total pour les jeunes étudiants et les jeunes actifs

En vue d’améliorer l’accès des étudiants au logement, le « Plan 40 000 » a été appliqué entre 2013 et 2017. En se référant aux statistiques, le nombre d’appartements construits en l’espace de cinq ans s’est établi à 39 600 unités.

auprès des préfectures, ces chiffres indiquent que les résultats escomptés ont été atteints à hauteur de 99 %. Pour être plus précis, il s’agit de logements dont les clés ont déjà été transmises aux étudiants. À leur réception, ceux-ci n’avaient plus qu’à souscrire une assurance habitation étudiant.

Le bilan s’étant avéré positif, il a été prévu un accroissement de 50 % du nombre de logements disponibles, et ce, depuis 2018. En plus des 60 000 appartements devant être bâtis, 20 000 unités supplémentaires ont été commandées pour la jeune population active.