Un apprenti doit-il souscrire une assurance habitation ?

Ce n'est pas le statut professionnel de la personne qui va impacter cette obligation. En réalité, l'obligation d'assurance habitation est déterminée par votre situation par rapport à votre hébergement.

  • Les locataires sont dans l'obligation de souscrire un contrat d'assurance habitation couvrant les risques locatifs.
  • Les propriétaires d'un bien en copropriété sont contraints de s'assurer au titre de la garantie responsabilité civile.
  • Les propriétaires d'une maison individuelle ne sont pas obligés d'assurer leur logement.
  • Les propriétaires bailleurs ne sont pas obligés d'assurer leur bien immobilier. Ils peuvent toutefois souscrire une assurance propriétaire non-occupant (PNO), pour assurer les sinistres non pris en charge par l'assurance du locataire et pour couvrir le logement durant les périodes de vacance locative. Ils peuvent aussi souscrire une assurance contre les loyers impayés.

En clair, un apprenti qui ne serait pas propriétaire de son logement est contraint de souscrire une assurance habitation. S'il n'est pas en mesure de présenter une attestation d'assurance à la signature du bail, le propriétaire peut ne pas signer le contrat de location. En cours de bail, le propriétaire est en droit de demander cette attestation chaque année. Si le locataire ne la fournit pas, le bailleur peut résilier le bail. Il peut aussi faire le choix de souscrire un contrat lui-même, auquel cas les mensualités seront réglées par le locataire apprenti. Le propriétaire peut même majorer la prime d'assurance de 10 % pour les démarches effectuées.


En clair, si, en tant qu'apprenti avec un petit salaire, vous avez besoin de faire des économies, mieux vaut souscrire vous-même une assurance habitation. D'une part, vous éviterez une majoration et, d'autre part, vous pourrez comparer les offres pour trouver la meilleure assurance logement au meilleur prix.

Quelles garanties d'assurance logement pour un apprenti ?

Là encore, le fait d'être apprenti n'a pas réellement d'impact sur la nature des garanties.

Un locataire doit s'assurer pour les risques locatifs. Cette assurance habitation va proposer, notamment, les garanties suivantes :

  • dégât des eaux ;
  • incendie ;
  • explosion.

Ce sont les garanties de base qui permettent une indemnisation en cas de sinistre lourd.

Toutefois, cela est loin d'être suffisant. Si le contrat d'assurance habitation n'inclut pas la garantie responsabilité civile vie privée, il est nécessaire de compléter votre couverture avec la garantie « recours voisins et des tiers ». Elle prend en charge les dommages corporels, ainsi que les dommages matériels causés à un tiers.

Il peut être nécessaire, également, de souscrire des garanties complémentaires selon la nature de votre logement et la couverture dont vous avez besoin :

  • catastrophes naturelles et technologiques ;
  • bris de vitre ou bris de glace ;
  • événements climatiques (tempête, grêle, etc.) ;
  • garantie des biens nomades ;
  • dommages électriques ;
  • équipements extérieurs ;
  • protection juridique, etc.

Les points de vigilance avant de signer un contrat d'assurance habitation

Avant toute souscription d'une assurance habitation classique ou d'une assurance multirisque habitation, il est nécessaire de bien consulter différents points :

  • les exclusions : lorsque vous signez un contrat d'assurance, la compagnie d'assurances impose des exclusions. Il s'agit des sinistres qui ne sont pas couverts. Mieux vaut s'en informer avant pour éviter une mauvaise surprise financière en cas de dégâts causés au bien immobilier que vous occupez ;
  • les plafonds : l'indemnisation n'est pas toujours intégrale. Les assureurs peuvent fixer des plafonds, ce qui signifie qu'au-delà d'un certain montant, les réparations seront à votre charge ;
  • les franchises : votre compagnie d'assurances peut imposer une franchise, par exemple, pour le bris de glace ou les événements climatiques. Cela signifie qu'une partie des réparations reste à votre charge. La franchise peut être proportionnelle au montant des réparations ou se matérialiser par un montant fixe ;
  • l'absence prolongée : dans un contrat d'assurance MRH, une clause concernant l'absence prolongée peut être présente. Cela signifie qu'au bout d'un certain temps d'absence (de 30 à 90 jours, selon les contrats d'assurance habitation), les garanties ne s'appliquent pas. En tant qu'apprenti étudiant, si vous devez rentrer chez vos parents sur une longue période, veillez à ce que cette clause n'apparaisse pas.

Assurance habitation : combien ça coûte, pour un apprenti ?

Le montant de la cotisation pour l'assurance habitation étudiant dépend de différents facteurs. Votre assureur détermine le niveau de risque pour fixer le prix de votre assurance, et prend en compte :

  • l'adresse du bien ;
  • le type de bien (appartement ou maison) ;
  • l'étage pour un appartement ;
  • la surface ;
  • le nombre de pièces ;
  • les équipements de chauffage ;
  • les dépendances ;
  • la valeur de vos biens mobiliers.

Comparer pour payer moins cher une assurance habitation

Il est important, pour chacun d'entre vous, de faire un comparatif des offres d'assurance habitation, personne n'ayant envie de payer trop cher à garanties équivalentes.


En tant qu'apprenti, vous avez certainement besoin de faire des économies sur vos dépenses contraintes. Avec notre comparateur d'assurances, vous avez la possibilité de trouver le contrat dont vous avez besoin tout en respectant votre budget. Remplissez un court formulaire en indiquant des informations sur le logement que vous occupez et le niveau de garantie attendu. Découvrez les offres des différents assureurs et comparez les prix et les garanties.

Ensuite, vous pouvez souscrire un contrat directement en ligne ou entrer en contact avec un conseiller par téléphone pour faire le point sur votre besoin et bénéficier d'un accompagnement pour la souscription de votre contrat.

Vous venez de trouver un contrat très avantageux, mais vous êtes déjà assuré ? Il vous suffit de résilier votre contrat actuel. La résiliation est possible, selon la loi Hamon, à partir d'un an de contrat, sans avoir à justifier votre demande.