assurance vie universelle

Au moment de souscrire une assurance vie, l’assuré se retrouve confronté à une multitude de choix. Parmi eux, on retrouve l’assurance vie universelle.  À quoi correspond-elle ? Qu’implique-t-elle ? Voici les éléments essentiels à retenir.


L’assurance vie universelle est une assurance vie d’épargne qui permet de se constituer un capital pour le léguer au bénéficiaire voulu sous forme de rente ou de capital, une fois mort. A la différence d’un contrat d’assurance classique, la somme versée par l’assurance ne dépend pas du montant des primes déposées par le souscripteur ni du montant du capital. Cette somme est fixe.

Assurance vie universelle : un contrat multisupport


L’assurance vie universelle n’est pas un contrat de fonds en euros, le capital investi est redistribué vers divers supports d’investissement. Les types d’investissement choisis sont à discuter au moment de la signature du contrat. C’est donc l’assuré qui décide de cette formalité décisive pour l’avenir des capitaux engagés. Souvent, les unités de comptes choisis sont celles des Organismes de Placement Collectifs en Valeurs Mobilières (OPCVM). En effet, ces portefeuilles de valeurs mobilières présentent l’avantage d’une large palette de choix en matière d’investissement.

Assurance vie universelle et unité de compte : quelle garantie pour le bénéficiaire ?


Les unités de compte investies dans un contrat d’assurance sont en général des OPCVM mais afin de protéger le bénéficiaire d’une baisse éventuelle du capital, l’assureur propose au souscripteur une garantie plancher qui équivaut le jour du décès de ce dernier à la différence constatée entre les cotisations versées et la valeur du contrat à cette date, dans la limite d’un montant précisé dans les mentions particulières du contrat. Évidemment, ce calcul tient compte des éventuels rachats effectués par l’assuré et des avances que le souscripteur aurait pu percevoir avant la disparition du défunt.


La garantie cliquet peut aussi vous être proposée, mais c’est une option qu’il faut stipuler à l’écriture de votre contrat. Elle permet notamment de vous prémunir des baisses et de bénéficier des hausses des unités de supports dans lesquelles votre capital a été investi.


L’assurance vie universelle : un moyen pratique d’épargner ?

L’assurance vie universelle est permanente. Cela implique qu’elle s’adapte à vos besoins au fil du temps. Mais il n’empêche que dès la signature du contrat l’assuré doit prendre en compte toutes les éventualités et envisager toutes les difficultés que pourrait rencontrer le souscripteur de son contrat d’assurance vie. Attention toutefois, selon les modalités fixées par votre assureur, ce type d’assurance vie ne peut par exemple pas être signé par un assuré âgé de 65 ou 75 ans minimum.

L’assurance vie universelle : un rendement difficile à calculer en cas de décès

En effet, l’assureur doit calculer une prime de versement en cas de décès en fonction de l’évolution de vos investissements et des capitaux garantis. Dans le cas où la valeur des unités de compte sur lesquelles a été investi votre argent est supérieure aux cotisations versées alors, aucune prime n’est prévue. À l’inverse, si la contrevaleur est inférieure aux cotisations, l’assureur reçoit une prime afin de garantir cette différence dans le cas où l’assuré viendrait à décéder.    

Complexe et rigoureuse, la souscription d’un contrat d’assurance vie universelle nécessite l’aide d’un expert de l’assurance vie qui vous guidera au travers des mécanismes administratifs, financiers et fiscaux. Vous pouvez également, si vous le souhaitez, vous aider d’un comparateur en assurance vie. Il vous offre gratuitement l’accès aux meilleures offres du marché en fonction de vos besoins. Il vous proposera d’entrer en relation avec des experts à votre écoute pour répondre à vos questions.