Les différents niveaux d'invalidité

Sachez en premier lieu qu'il existe 3 niveaux d'invalidité :

  • catégorie 1 : le salarié est capable de travailler. Toutefois, sa capacité est réduite de plus des deux tiers, ce qui signifie qu'il perd chaque mois de l'argent ;
  • catégorie 2 : le salarié présente une incapacité totale de travail ;
  • catégorie 3 : le salarié ne peut exercer une activité professionnelle et ne peut effectuer les gestes du quotidien (s'habiller, se préparer à manger, etc.).

La rente invalidité de la Sécurité sociale

L'Assurance Maladie permet d'obtenir un revenu de remplacement, qu'il s'agisse d'un arrêt de travail temporaire ou définitif. Cette rente est calculée selon :

  • le niveau d'invalidité ;
  • le salaire brut annuel moyen des 10 dernières années (dans la limite du plafond de la Sécurité sociale).

Contrairement aux indemnités journalières, qui sont calculées sur les derniers mois de salaire et qui sont temporaires, la rente invalidité est perçue jusqu'à la reprise du travail ou jusqu'au départ à la retraite.


Le montant est le suivant :

  • catégorie 1 : 30 % du salaire annuel moyen : entre 289,90 € et 1 013,10 € ;
  • catégorie 2 : 50 % du salaire annuel moyen : entre 289,90 € et 1 688,50 € ;
  • catégorie 3 : le montant de la pension de catégorie 2 est majoré de 40 € (minimum 1 118,57 €) pour faire face aux dépenses liées à l'intervention d'une aide pour les gestes du quotidien.

L'allocation supplémentaire d'invalidité

La Sécurité sociale propose en parallèle une autre allocation, l'ASI, qui permet aux personnes aux revenus très modestes de percevoir un revenu minimal. Si vous percevez moins de 711,86 € par mois (ou 1 246,87 € pour un couple), vous pouvez prétendre à l'ASI dont le montant maximal est de 409,43 € pour une personne seule (675,62 € pour un couple).

Les raisons de souscrire une assurance prévoyance invalidité

Si le régime obligatoire propose une pension invalidité pour les personnes qui ne sont plus en mesure de percevoir des revenus, sachez qu'il est aussi possible de souscrire de manière indépendante un contrat de prévoyance invalidité.

Ce contrat permet d'obtenir un revenu complémentaire à la rente versée par la Sécurité sociale. De cette manière, vous augmentez votre pouvoir d'achat malgré votre incapacité temporaire à exercer une activité vous permettant de générer des revenus ou votre perte totale et irréversible d'autonomie.


En cas d'incapacité de travail, vous percevez une rente dont le montant est déterminé selon le montant de vos cotisations.

Certains contrats de prévoyance prévoient le versement d'un capital invalidité qui permet de parer aux dépenses urgentes à l'image du relogement. En fonction de votre invalidité, il peut s'avérer nécessaire de changer de logement pour vivre dans un espace adapté à votre nouvelle situation.

Comparez bien les différents contrats pour bénéficier de garanties adaptées à votre budget et votre manière d'anticiper l'avenir.

Comment souscrire une assurance prévoyance invalidité ?

La souscription d'un contrat de prévoyance invalidité peut être réalisée de deux manières :

  • vous souscrivez une prévoyance individuelle auprès de la compagnie d'assurances de votre choix pour augmenter votre niveau de vie et vous prémunir à la suite d'accidents de la vie ;
  • vous souscrirez auprès de votre entreprise une prévoyance collective qui viendra compléter vos revenus en cas d'incapacité de travail. Cela dépend des garanties de prévoyance souscrites par l'employeur (garantie décès, garantie incapacité, etc.).

Bon à savoir : Si l'incapacité intervient à la suite d'un accident du travail ou une maladie professionnelle, le salarié n'est pas en invalidité, mais en incapacité.

Les autres types de prévoyance

Il existe différentes manières de vous protéger, vous et vos proches. Si la prévoyance invalidité prévoit le versement d'une rente en cas d'arrêt de travail, d'autres assurances sont à envisager pour toujours mieux anticiper l'avenir.

  • L'assurance décès est un contrat d'assurance qui prévoit le versement d'un capital ou d'une rente à vos proches en cas de décès. Il peut s'agir d'une rente viagère pour un bénéficiaire désigné (souvent le conjoint) ou d'une rente éducation permettant aux enfants de poursuivre leurs études. Selon les garanties souscrites, vous pouvez aussi être couvert en cas de perte totale et irréversible d'autonomie (PTIA), invalidité permanente totale (IPT), invalidité permanente partielle (IPP) et incapacité temporaire de travail (ITT). Il peut s'agir d'une assurance à fonds perdu si vous n'avez pas choisi le contrat d'assurance décès vie entière.
  • Le contrat obsèques est quelque peu différent. Cette fois, non seulement il n'intervient qu'en cas de décès de l'assuré, mais le capital versé ne peut servir qu'à financer les frais d'obsèques. Avec cette prévoyance obsèques, vous cotisez pour bénéficier d'un capital dont le montant est adapté à vos souhaits en matière de funérailles. Le capital garanti ne peut servir à autre chose.
  • Le contrat d'assurance-vie peut aussi être considéré comme un contrat de prévoyance pour vos proches. Si l'épargne est disponible, l'objectif reste de préparer l'avenir, voire de mieux transmettre votre capital à vos proches à la suite de votre décès.