Définition de l'assurance vie

L'assurance vie est un placement bien connu des Français car il bénéficie de nombreux avantages administratifs, fiscaux et pratiques. Une mise au point vous donnera une vue d'ensemble de cet outil d'épargne et de transmission du capital, à juste titre fortement plébiscité par le grand public.

ASSURANCE VIE : DEFINITION DES PRINCIPES

L'assurance vie a en réalité deux principes : quand elle est une assurance « sur la vie », son but est de constituer une épargne générant des intérêts, et servant au moment du dénouement, la retraite par exemple, à financer une rente viagère ou à percevoir un capital pour un projet; quand elle est une assurance décès, elle permet de léguer une partie de son patrimoine à un bénéficiaire désigné dans le contrat.


L'assurance vie est donc à la fois un outil d'épargne, de la même manière qu'un compte sur livret  ou tout autre placement bancaire, avec des taux d'intérêt parmi les plus élevés du marché pour les comptes où le capital est protégé, et un outil de transmission du patrimoine. On peut souscrire à une assurance vie à tout âge, sans plafond limitant le montant maximal. On peut même en posséder plusieurs. Enfin, l'épargne est disponible, avec l'entière liberté d'y déposer de l'argent ou d'en retirer en cas d'imprévu : il est même possible de la racheter partiellement ou totalement, en bénéficiant d'un avantage fiscal : seules les plus-values générées par le capital investi sont imposables.

ASSURANCE VIE : DEFINITION DES ACTEURS

-    Le souscripteur est la personne physique ou morale qui souscrit le contrat d'assurance auprès d'une compagnie d'assurance. Il choisit le ou les bénéficiaires du capital ou de la rente en cas de décès de l'assuré.

-    L'assuré est la personne sur laquelle portent les conditions du contrat couvrant le risque de décès. Le souscripteur et l'assuré sont souvent la même personne.

-    Le bénéficiaire est aussi souvent le souscripteur en cas de vie, et en cas de mort c'est celui qui a été désigné par le souscripteur. Il peut être désigné par son nom, ou par son statut (mon épouse, mes enfants…). C'est la clause bénéficiaire qui l'indiquera.


-    L'assureur, ou la compagnie d'assurance : c'est elle qui perçoit in fine les primes d'assurance, et porte juridiquement le risque de remboursement des fonds ou de versement du capital en cas de décès aux bénéficiaires.

-    Le courtier au cas où l'assurance vie est commercialisée par lui, il est l'intermédiaire entre le souscripteur et l'assureur. Il n'est évidemment pas obligatoire, puisque la police peut être signée directement avec l'assureur.

ASSURANCE VIE : DEFINITION DES MODES DE GESTION ET DES FRAIS

Rappelons que l'assurance vie peut avoir deux « supports » d'investissement :

-    Les contrats mono support, ou contrats en euros, portent uniquement sur des obligations d'Etat, ce qui garantit leur rendement et la sécurité du capital. Ce choix doit être fait par toutes les personnes qui veulent être garanties par le taux d'intérêt, ont une mauvaise opinion de la bourse, et ne veulent pas perdre d'argent, quitte à perdre la possibilité d'en gagner plus.

-    Les contrats multi support portent à la fois sur des obligations d'Etat, mais aussi sur des unités de Compte, c'est-à-dire des actifs financiers dépendants des fluctuations boursières, ou encore des valeurs immobilières. De manière basique, on dit qu'investir en unités de compte revient à investir en bourse.  Le capital n'est alors pas garanti, mais l'espérance de gain est plus grande, car liée à l'évolution des placements.


Ensuite, les contrats multi supports peuvent être gérés de plusieurs manières par l'assureur :

- La gestion profilée laisse aux experts financiers de l'assureur le soin de placer son capital, selon un profil qu'il aura lui-même établi entre prudent, équilibré ou dynamique.

- La gestion libre laisse le souscripteur choisir les fonds où investir son capital. Les souscripteurs sont autonomes.

- La gestion à horizon donne une évolution des placements selon l'âge du souscripteur : du plus risqué au début au plus sécuritaire à la fin du contrat.

- La gestion sous mandat permet au souscripteur de déléguer la gestion de son portefeuille à un expert.

Un contrat d'assurance vie entraine des frais spécifiques exprimés en pourcentage du capital investi :

-    Frais d'entrée, versés au moment des fonds.

-    Frais de gestion payés annuellement

-    Frais d'arbitrages, payés en cas de changement de support d'investissement dans les contrats multi support

-    Frais de dossier liés à l'enregistrement administratif du dossier.

Sachez enfin que la plupart de ces frais sont moindre voire supprimés dans les récents contrats proposés par l'assurance en ligne. Pour le constater de visu, rendez-vous sur un comparateur d'assurance pour une simulation gratuite !